Canoë & Apéro sur le Tarn

Le Tarn à le goût du houblon
Canoe Apero Faustine CostesCanoe Apero Faustine Costes
©Canoe Apero Faustine Costes

« Je me suis offert des montées d’adrénaline et quelques sueurs en pratiquant la via ferrata dans les gorges du Tarn »

Au milieu de l’eau, cerise sur le gâteau ou plutôt « binouse » sur le bateau, on déguste des produits 100% locaux. Une aventure magique baignée de convivialité et de partage.

Descente au crépuscule, de 18h à 21h30 pour apprécier l’heure dorée. On prend le temps de prendre le temps !

Un échange avec un moniteur passionné par son métier et par la nature qui l’entoure. Un partage de connaissances autour de la préservation de l’environnement du castor et du héron : espèces protégées présentes dans la Vallée.

La Vallée du Tarn direction le village de Comprégnac

Pour y accéder j’emprunte la route qui longe le Tarn en aval de Millau. La vallée est moins encaissée que les Gorges du Tarn qui se situent en amont… mais tout aussi sauvage. Ici, on sent que la rivière prend ses aises.

Un passage sous le célèbre Viaduc de Millau, on admire toujours sa hauteur… Paraît qu’il se tasse avec le temps et qu’il perdrait 10 centimètres tout les 10 ans ?!

Peyre se dessine au loin. Classé parmi les Plus Beaux Villages de France situé à seulement 7 kilomètres de Millau, il vous offre un point de vue inédit sur le Viaduc. Vous pourrez facilement le contempler, le prendre en photo et même le dessiner si vous suivez la rando’croquis aménagée dans le village. Baladez-vous dans ses ruelles de pierres, visitez son église troglodytique. Il y a même des canards dans le village… saurez-vous les retrouver ?!

La vallée du Tarn fait partie du tracé du sentier de Grande Randonnée GR 736. Il part de Villefort (Lozère) direction Albi (Tarn) ! Un itinéraire de randonnée appelé à entrer dans la légende !

La base de CanoEscapade : rencontre avec une famille vendéenne et un moniteur passionné

Je suis accueillie par les maîtres des lieux : Gaëtan, Greg et Luka.

Luka sera notre guide sur l’eau. Les participants à cette soirée : Julie, Ludo, plus connue sous le pseudonyme de « dodu », Lola, Elliot et Emma venus de Vendée pour passer des vacances en Aveyron.

On s’équipe dans la sphère géodésique… Quésaco ?! Une sphère géodésique est une structure sphérique composée d’éléments triangulaires en bois. Ce dôme peut être utilisé pour des évènements privés mais aussi pour des animations autour de la nature. Au travers de défis sensoriels, visuels ou physiques à réaliser seul ou en famille, on apprend de la nature qui nous entoure. Un éveil des consciences pour petits et grands !

Gilet, pagaie, bidon étanche, vautour… vautour ?! Une magnifique représentation d’un vautour vient décorer le dôme. Un animal familier dans le secteur ! Direction le point de départ pour la descente. Attentivement, nous écoutons Luka nous parler de l’origine du canoë. Je ne vais pas vous “spoiler”, vous le découvrirez par vous-même quand vous participerez à l’activité. En tout cas, je peux vous dire que les canoës n’étaient pas conçus à partir de plastique à l’origine…

Notre moniteur est consciencieux, il prend le temps d’expliquer en détail comment manœuvrer nos canoës et le rôle de chacun des participants. Celui qui est à l’avant sera le moteur et celui qui est l’arrière sera le gouvernail. La clé d’une descente en canoë réussie : la communication bienveillante !

La mise à l’eau : entre angoisse et fous-rire

Après les instructions de notre Super-Moniteur, il est temps de passer à la pratique !

Exercice pratique n°1 : manier le canoë depuis la berge direction l’autre rive sans chavirer, en pagayant tout droit et en anticipant de faire un demi-tour avant de se stopper sur un rocher.  C’est bon ! Notre famille vendéenne se débrouille à merveille et en prime, avec le sourire.

Exercice pratique n°2 : faire tourner le canoë sur soi-même le plus de fois possible et le stopper net ! Bon ce n’est pas trop mal mais peut mieux faire…

Passons maintenant à la course : qui de Julie ou de Dodu gagnera la course ? balle au centre – un partout – pas de jaloux – l’apéro pour tous à la fin !

Nous avançons en direction de notre premier rapide mais avant : petit arrêt briefing de Luka, notre moniteur attentif. Comprendre comment aborder un rapide, trouver le « V » que forme le courant, la technique du bisou-caillou. Et si on tombe à l’eau ?! Tous les aspects sont abordés : on se sent en confiance et en sécurité ! Luka n’hésite pas à mouiller le maillot pour vous aider, on est rassurés !

 

Une descente ludique : histoire, géologie, plante, tourisme

On observe le paysage, on se questionne. “Et pourquoi ?!” Luka répond à toutes les questions. On sent le moniteur passionné.

On s’approche calmement d’un tas de bois au bord de la rive. Notre animateur aurait-il « craqué » ? Il veut nous faire nettoyer les berges ?! Pas du tout, il nous montre la maison du castor. Inutile de crier ou de sonner chez lui, l’animal est discret.

S’en suit un échange captivant autour de la bête : sa disparition, sa réintroduction, son environnement, son mode de vie. Petit souvenir pour Emma : un morceau de bois qui ressemble à une tête de cochon taillé en biseau par le castor. Si elle voit un cochon taillé dans un bout de bois, que verrait-elle dans les roches taillées par l’érosion de la Cité de Pierres… ?!

Avec la chaleur, un arrêt baignade et hydratation s’impose. Ce n’est pas encore l’heure de l’apéro… patience ! Luka nous parle d’une plante magique qu’il connaît… mais qui ne se fume pas ! Il s’échappe et revient avec de jolies petites fleurs blanches. Chacun prend son lot de fleurs entre les mains. La magie se révèle au contact de l’eau puisque la « saponaire » mousse si on la frotte mouillée entre nos mains. Une véritable herbe à savon ! Une découverte amusée pour nos vendéens !

Nous continuons notre parcours, les rapides se suivent mais ne se ressemblent pas. Une alternance de plans d’eau et de passages légèrement mouvementés. Aucun danger à l’horizon mais un soleil qui perce à travers les nuages laissant apparaître ses rayons. Une lumière chaude qui donne un effet miroir sur l’eau… un moment de contemplation dans un cadre idyllique.

 

Apéro-canoë : un moment de partage et de convivialité sur le Tarn

Après l’effort, le réconfort. Il est temps de boire un coup et de grignoter des spécialités du coin.

Techniquement comment est-ce possible ? Luka sort de son bidon étanche des mousquetons. On avait parlé d’un apéro sur l’eau, il n’était pas question d’escalade ?! Vous l’aurez compris, ils servent à accrocher les canoës ensemble. En deux temps, trois mouvements, nous voilà tous réunis autour de la “table ». Au menu, une bière blanche brassée à quelques kilomètres de là, un pâté de pigeon, du tas’tidou (notre fromage frais à l’ail) accompagné de pain.

Tout le monde met la main à la patte pour rendre ce moment sympathique. Julie nous prépare les tartines, Luka sert la bière et Ludo propose un jus de pomme aux enfants. Curieux, nous expliquons à nos convives où ils peuvent retrouver les spécialités gourmandes de notre région. Ce serait bête de repartir les mains vides de ce séjour en Aveyron.

Curieux de manger et de boire dans un canoë au milieu de la rivière. Le “mal de rivière” ça existe ?!  Par chance le spot choisi ne présente pas de courant, les bars(ques) sont installées à proximité de la berge pour plus de stabilité. Le courantomètre est négatif mais le “bièromètre” s’annonce positif. Attention à ne pas se lever trop vite après la dégustation. A consommer avec Modération, Luka, Julie, Ludo…

Celui qui tombe sa tartine dans l’eau a un gage : rentrer à la nage ! Veillez à rester bien assis !

Retour sur la terre ferme de la base de canoë

On apprécie le moment mais le soleil se couche et il est temps pour nous de rentrer à la base canoë. Quelques mètres avant l’arrivée, Luka propose de faire un bilan de l’activité. Toujours dans le souci du détail, il souhaite connaître l’avis de nos participants pour améliorer certains points.

L’activité a fait l’unanimité et à effacer la peur des rapides de Julie et Lola. De « génial » à « trop chouette » Emma et Elliott expriment leur ressenti avec leurs mots. En résumé, un moment de partage, de rires et d’échanges comme si nous nous connaissions depuis toujours. Le tout dans une atmosphère chaleureuse grâce à l’accueil et à la sympathie de Luka. Un souvenir de vacances qui rappelle l’importance de préserver notre bien commun : la nature. N’oublions pas que c’est grâce à elle que nous avons pu créer ce lien, le temps d’une soirée d’été. Alors on réserve la prochaine session ?

Fermer